Finitions de toiture

gouttière évacuation pluie

Quelles sont les finitions en toiture ?

Lorsque l’on évoque les dernières étapes d’un chantier de toiture, on pense avant tout à l’isolation et au revêtement. Pourtant, au-delà du choix d’un bon isolant et de la couverture en tuiles ou en ardoises, il reste une série de détails à penser.

Toiture Degreef vous informe sur les travaux en hauteur adjacents, indispensables pour disposer d’un bâtiment esthétique et fonctionnel.  Découvrez dans cet article ce que vous devez savoir à propos des bardages, des zingueries et des éventuelles fenêtres sur toit.

Qu’est-ce que le bardage ?

Le bardage est un revêtement qui se pose à l’extérieur du bâtiment afin de l’habiller. Outre recouvrir l’ossature, il remplit parfois un rôle isolant supplémentaire. Cela dépendra de la technique de bardage utilisée, mais aussi du matériau choisi.

  • Le bois est souvent plébiscité pour son aspect naturel ;
  • Les panneaux en PVC peuvent imiter le bois ;
  • Le métal, notamment l’aluminium, adopte plusieurs formes : tôle, lames, ardoises… ;
  • Très rare, la pierre peut aussi être utilisée, mais elle est plus lourde à supporter ;
  • Enfin, les matériaux composites (comme le fibrociment et la résine) allient les performances et l’esthétique de plusieurs matières.

La plupart des couvreurs se chargent également de la pose des bardages. N’hésitez donc pas à vous renseigner auprès de votre entreprise de toiture quant au prix et à la durabilité de ces produits de finition.

L’importance des zingueries

À l’origine, il s’agissait de nommer tous les éléments en zinc d’une toiture. Par extension, on fait aujourd’hui référence à tous les éléments métalliques de la toiture, autrement dit les systèmes d’évacuation des eaux pluviales (chéneaux et gouttières), mais aussi les bardages et tuiles métalliques.

En guise de couverture, les zingueries peuvent donc avoir un rôle isolant et aider à rendre la toiture plus hermétique. Pour le réseau d’évacuation des eaux de pluie, il y a plusieurs règles à respecter pour un écoulement correct, particulièrement dans le cas des toitures plates. Une mauvaise conception pourrait être responsable d’une surcharge sur le toit ou d’infiltrations. Dans les deux cas, les dégâts pourraient être conséquents. Il convient donc de calculer les dimensions correctes pour vos gouttières ou chéneaux et d’effectuer un placement adéquat.

Le placement de fenêtres sur toit

Que vous ayez décidé d’aménager vos combles ou non, l’ajout d’un point de lumière a ses avantages. Cela permettra aussi d’aérer un grenier afin d’y renouveler l’air et même d’avoir un point d’accès vers la toiture. La marque la plus connue en matière de châssis rampant (aussi appelé « à tabatière ») est Velux. Le point essentiel à assurer est la fabrication du profilé qui doit avoir exactement la même pente que celle de votre toiture inclinée.

Plusieurs mécanismes d’ouverture existent :

  • en oscillant
  • par rotation
  • par coulissage
  • par projection panoramique

Enfin, il existe d’autres solutions, comme les puits de lumière, qui peuvent convenir pour les toits de vérandas, par exemple. Ceux-ci apportent de la lumière mais ne disposent pas toujours d’une ouverture.

Confiez les finitions à des professionnels

Tous ces chantiers sur toiture et en hauteur doivent être pris en charge par des experts habilités à travailler en toute sécurité. Consultez alors des couvreurs aguerris qui pourront non seulement vous conseiller sur les bardages et zingueries existantes, mais aussi prendre en charge le placement de toutes ces finitions.

gouttière évacuation pluie

Entretien de toiture

mousse sur toit

L’entretien de votre toiture : solutions, conseils et budget

Vous protéger des intempéries, telle est la fonction principale d’une toiture, qu’elle soit en tuiles, en ardoises, en zinc ou en roofing. Été comme hiver, vous êtes donc à l’abri des assauts du climat : soleil, chaleur, mais aussi pluie, grêle voire neige et orages. Toutefois, supporter ces conditions extérieures parfois extrêmes engendre une certaine usure.

Pour être certain que votre toiture résiste dans le temps, il est donc nécessaire de procéder à quelques opérations de nettoyage. Que faut-il faire exactement ? À quelle fréquence et à quelle période les entreprendre ? Quel budget devez-vous prévoir ? Toutes les réponses à ces questions ci-dessous.

Pourquoi nettoyer sa toiture ?

Outre l’aspect esthétique qui s’en retrouve grandement amélioré, un entretien permet de prolonger la vie de votre toit. En effet, les mousses et les algues ont un effet néfaste sur le revêtement puisqu’elles le rendent poreux. Une ardoise ou une tuile qui souffre de porosité, c’est un danger pour l’étanchéité et l’isolation de votre maison. Le nettoyage améliorera donc grandement le confort thermique et la santé de votre maison ou de votre bâtiment.

Quand réaliser ces interventions de nettoyage ?

Il est conseillé de procéder à une inspection de votre toiture au moins 2 fois par an. Cela vous permettra de constater la présence ou non de lichens et de mousse, mais aussi les potentiels dégâts générés par le vent, des chutes de branches ou des animaux, qu’il conviendra alors de réparer.

C’est lors de cette visite que vous ou votre professionnel pourrez décider de la nécessité ou non de passer à l’étape suivante.

Quels entretiens réaliser sur sa toiture ?

Le démoussage

L’humidité ambiante, la pollution atmosphérique, mais aussi la proximité avec de grands arbres qui font de l’ombre à la toiture sont des facteurs qui jouent sur la prolifération d’algues et de mousse. Certains bâtiments sont donc plus sujets que d’autres à ce type d’ennuis. Une fois par an (ou tous les deux ans), demandez à votre expert toiturier de réaliser le démoussage de votre toit. Cette opération est réalisée en un rien de temps à l’aide d’un nettoyeur à haute pression avec buse rotative.

Les traitements hydrofuges

Pour limiter les besoins futurs en entretiens, il est possible de se tourner vers des produits chimiques qui limiteront à l’avenir l’apparition de mousse. Il s’agit notamment des traitements hydrofuges et anti-mousses ou encore de fongicides qui rendent la toiture moins perméable.

Les traitements pour charpente

Si la santé de la couverture est importante, il ne faut pas non plus négliger la partie interne de votre toiture. Les charpentes – en particulier, les traditionnelles – peuvent être attaquées par des champignons ou des insectes, voire s’oxyder quand elles sont en métal. Il existe donc des traitements préventifs mis en place lors de la construction par votre couvreur. Si les soucis apparaissent a posteriori, des produits curatifs pour vous débarrasser des moisissures et des nuisibles devront être  utilisés après un diagnostic.

Combien coûte une intervention de nettoyage de toiture ?

En fonction de la surface que vous souhaitez traiter, de la quantité de mousse présente, des potentielles réparations envisagées et même des traitements supplémentaires demandés, le prix d’un service d’entretien sur votre toiture peut aller de 15 à 40 € /m². Ce prix comprend les services suivants :

  • Nettoyage manuel ou mécanique
  • Traitements chimiques
  • Type de couverture
  • Remplacements éventuels
  • Placement de fil de cuivre
  • Délai du chantier
  • Main-d’œuvre
  • Etc.
  •  
  •  

 

Le talent de votre artisan couvreur

De nombreux facteurs entrent en compte, il est donc important d’établir un devis précis avec votre entreprise de toiture. N’oubliez pas que ce type d’interventions est, comme toujours, le fruit d’une longue expertise et que la qualité est toujours préférable à un service bon marché. Vous pourriez ensuite profiter d’un revêtement étanche et isolant pendant 5 à 10 ans.

Tout savoir sur les différentes toitures

Quels sont les différents types de toiture ?

Peut-être envisagez-vous la construction de votre propre maison de A à Z ou une extension de votre domicile. Bien entendu, pour fermer le gros œuvre, il faut poser tous les éléments qui mettent à l’abri l’ossature du bâtiment, c’est notamment le cas de la toiture. Saviez-vous qu’il existe diverses configurations ? Chacune est associée à une série de qualités et d’avantages. Le choix de l’une ou de l’autre dépendra donc de critères tels que votre budget, les dimensions de l’espace à couvrir, de l’utilisation que vous allez faire de votre toit (placement de panneaux solaires, création d’une toiture végétale, etc.), de la couverture et du type d’isolation que vous souhaitez, mais aussi parfois des règles d’urbanisme dans votre région.

Les deux grands types sont donc les toitures en pente et les toitures plates. Quelle est la configuration la plus adaptée à votre situation ? Découvrez ici les conseils de couvreurs expérimentés et de nombreux détails sur ces travaux de construction ou de rénovation de grande envergure.

Quels sont les modèles de toiture en pente ?

La plus classique des constructions pour des maisons unifamiliales reste le toit incliné. Les plus souvent rencontrées sont les toitures à deux pans. Celles-ci respectent un angle bien précis de 15°, ce qui permet une évacuation des eaux très simple. Bien souvent, il s’agit d’une construction sur charpente traditionnelle. Celle-ci consiste en une ossature en bois et suit une technique de conception ancienne. Demandant des travaux très exigeants, cette toiture assure la stabilité de tout l’ensemble : pose de panneaux ou de caissons isolants, de tuiles ou d’ardoises, cheminée et fenêtres de toit.

Dans la famille des toits en pente il existe encore d’autres possibilités, toutefois un peu moins courantes.

Toiture mansardée : celle-ci se compose de deux pans inclinés prolongés par deux extrémités presque à la verticale.
Toit à un pan : il s’agit d’une conception similaire à une plateforme, mais celle-ci est penchée à un angle de 15°.
Toiture à quatre pans : cette version-ci se compose de deux grands pans trapézoïdaux à l’avant et à l’arrière de la bâtisse et de deux plus petits versants triangulaires sur les côtés de la maison.

Tout savoir sur la toiture plate

Aussi appelée « plateforme », la toiture plate est plus souvent retrouvée sur les bâtiments de type industriel ou sur les grands édifices, notamment les immeubles d’appartements ou de bureaux, mais de nombreuses maisons unifamiliales désirant un habitat d’aspect moderne l’adoptent aussi. C’est aussi une solution simple à mettre en œuvre lorsque vous entamez des rénovations et désirez ajouter une nouvelle pièce à votre maison.

Le terme « toit plat » n’est pas entièrement exact étant donné qu’il faut tout de même prévoir une pente qui va de 1 à 5 %, autrement dit environ 1,1°. Cette légère inclinaison est totalement imperceptible à l’œil nu, mais elle garantit le bon écoulement des eaux vers les gouttières.

Quel type de toiture choisir ?

Les critères de choix sont nombreux et dépendent en partie de votre budget, mais aussi de votre temps et de vos envies. Voici quelques paramètres à prendre en compte :

L’aspect esthétique : Une maison en brique ou en pierre d’aspect rural ou d’inspiration ancienne est plus compatible avec un toit en pente tandis que les envies de modernité se combinent particulièrement bien avec une toiture plate.

L’utilisation : si vous désirez poser des panneaux solaires, un angle d’inclinaison préexistant facilitera la tâche des installateurs par la suite, les ménages désirant au contraire réutiliser l’espace comme une terrasse ou pour y construire un petit jardin ont plutôt intérêt à se tourner vers une surface plane.

Les délais : votre entrepreneur en travaux de toiture vous confirmera qu’un chantier de toit incliné est bien plus exigeant et donc bien plus long que la conception d’une plateforme. Si la durabilité joue en la faveur du premier, les propriétaires les plus pressés choisiront probablement la seconde option.

Les moyens financiers : Une charpente traditionnelle demande plus de travail et de matériaux, cela sans compter la couverture. Ce n’est pas sans conséquences sur le prix d’une telle installation. Une toiture plate en revanche, que ce soit par les produits utilisés pour le revêtement ou par sa structure en tant que telle est, quant à elle, bien plus abordable.

Isolation de toiture : techniques et matériaux

Limiter les pertes énergétiques : comment bien isoler sa toiture ?

L’énergie, particulièrement en cette période, coûte cher. Si vous souhaitez diminuer votre facture de chauffage, il n’y a pas de secret : il faut diminuer de quelques degrés le thermostat ou arrêter de faire tourner vos radiateurs pendant quelques heures. Toutefois, ces gestes économiques et écologiques ne vont pas forcément de pair avec une perte de votre confort.

Il est tout à fait possible de préserver une ambiance chaleureuse et conviviale. Pour éviter que la température dans votre intérieur ne baisse, il faut envisager quelques travaux d’isolation de votre toiture et de vos sols et murs. Des points de contact avec l’extérieur bien étanches et soignés sont en effet la clé pour un intérieur qui conserve une température constante tout au long de l’année. Comment procéder ? Quels matériaux utiliser ? Quel est le coût d’un tel projet ? Découvrez ici toutes les réponses apportées par une entreprise de spécialistes en toiture.

Pourquoi isoler sa toiture ?

Si l’on se concentre uniquement sur la partie la plus haute d’une habitation ou d’un quelconque autre bâtiment occupé, le calcul est sans appel : près de 30 % de la chaleur s’échappe par ce biais. Cela s’explique par le fait que la chaleur monte et qu’une couverture mal isolée est incapable de la retenir. Celle-ci traverse donc la toiture pour finir à l’extérieur.

En plus de vous coûter cher et de nuire à votre confort, ces manquements ont un impact sur la qualité de l’air. L’isolation des maisons, des bâtiments publics et des commerces est donc un véritable enjeu dans la lutte contre la pollution atmosphérique.

Quelle méthode d’isolation utiliser ?

Vous êtes maintenant convaincu que procéder à une rénovation énergétique est primordial pour des raisons économiques, mais aussi écologiques. Quelles sont alors les options qui s’offrent à vous ?

Un entrepreneur en toiture vous expliquera que le premier paramètre déterminant est la configuration de votre couverture : disposez-vous d’un toit plat, en pente, de panneaux solaires, etc. ? Quel est le matériau de votre couverture ? Avez-vous besoin de garder un espace sous comble ? À partir de ces informations, votre expert couvreur vous orientera vers la solution la plus adaptée.

– Le Sarking, méthode d’isolation par l’extérieur ;
– L’isolation par l’intérieur à l’aide de panneaux ou de caisson ;
L’isolation du sol du grenier.

On distingue encore également ce qu’on appelle toiture chaude (lorsque l’isolant est placé à l’extérieur et protège donc également la charpente) et la toiture froide (lorsque l’isolant est à l’intérieur et lorsque l’ossature reste exposée aux températures externes).

Quels matériaux choisir ?

Il existe plusieurs familles d’isolants offrant de très bonnes performances énergétiques. Voici les plus courantes :

Les laines : les laines minérales (de roche ou de verre), végétales (papier ou bois) ou encore organiques (comme la laine de mouton) ;
Les isolants écologiques : le chanvre, la cellulose…
Les matériaux synthétiques : le polyuréthane ou le polystyrène extrudé.

La plupart de ces isolants est disponible sous diverses formes, notamment en panneaux, en caissons, en rouleaux ou encore en mousse à projeter sur les surfaces à recouvrir.

Notez que certains matériaux protègent également contre la chaleur en été. C’est par exemple le cas des fibres de bois qui empêche les degrés de monter, y compris quand le soleil frappe sur votre toiture. Plus besoin de recourir à la climatisation.

Quelles primes attendre pour une isolation de toiture ?

Si, sur le long terme, tous ces investissements en valent clairement la peine, il peut être difficile de se permettre de tels frais dans l’immédiat. En plus du coût des isolants, il faut également compter la main-d’œuvre des couvreurs spécialisés. Comme nous l’avons répété, l’isolation de la toiture est primordiale et participe aux efforts des gouvernements pour la lutte contre le réchauffement climatique. Dans cette optique, chaque Région de Belgique a prévu des aides pour aider les ménages à entreprendre ce type de rénovations.

En Wallonie, vous pouvez espérer des primes allant jusqu’à 14 €/m². À Bruxelles, les montants vont jusqu’à 50 €/m² avec un bonus possible de 15 €/m². Enfin, en Flandre, les aides vont jusqu’à 4 €/m². Ajoutez à cela la réduction de la TVA de 21 à 6% si vous passez par un entrepreneur en toiture et que votre logement a plus de 10 ans : les économies deviennent alors très intéressantes.

L’aide d’un professionnel : la garantie de travaux de qualité

Entourez-vous d’experts en toiture pour garantir un chantier rapide et réalisé avec des matériaux de qualité. L’avantage de faire appel à un couvreur qualifié est qu’il connaît non seulement les procédures administratives pour l’obtention de primes, mais qu’il pourra aussi vous aiguiller vers une solution avantageuse en fonction de l’isolation actuelle de votre maison. Grâce à son expertise, votre entrepreneur pourra terminer en quelques jours voire en quelques heures seulement ce type de travaux sur toiture, et ce, en assurant un résultat impeccable.